Un nouveau rapport fait la lumière sur la consommation d’énergie dans l’industrie minière du bitcoin

L’introduction en bourse d’un fabricant de matériel minier en 2018 semble peu probable

Depuis l’apparition du bitcoin, nombreux sont ceux qui affirment que le processus d’extraction du Crypto Trader et d’autres cryptocurrences a causé beaucoup de problèmes à l’environnement. Beaucoup affirment que le processus d’extraction nécessite beaucoup trop d’électricité et que l’énergie gaspillée pour des opérations aussi frivoles contribue au changement climatique et à d’autres risques environnementaux.

L’extraction de bitcoin consomme-t-elle beaucoup d’énergie ? Eh bien, c’est compliqué…

Dans le passé, de nombreuses études ont été réalisées à ce sujet. On dit souvent que l’Islande a besoin de plus d’énergie pour extraire le bitcoin que pour alimenter ses nombreux foyers, alors que d’autres études suggèrent que l’extraction du bitcoin émet autant de carbone – voire plus – que toute la ville de Las Vegas, au Nevada.

Toutefois, certains ont fait valoir que ces études sont démesurées. Ils affirment que l’extraction du bitcoin ne nécessite pas plus d’électricité que tout autre produit standard, et que la consommation d’énergie pour le processus est loin d’être aussi mauvaise que certains le disent. La question est donc de savoir quel argument est vrai ? L’extraction de bitcoin nuit-elle à l’environnement en raison d’une surconsommation d’énergie, ou toutes ces affirmations sont-elles démesurées ?

Eh bien, il s’avère que c’est une sorte d’équation à deux faces. Une nouvelle étude suggère que si l’extraction de cryptographie nécessite effectivement de grandes quantités d’énergie, beaucoup utilisent de l’énergie provenant de sources renouvelables, ce qui contribue à remettre l’environnement sur pied. Un rapport publié par le Cambridge Center for Alternative Finance (CCAF) affirme ce qui suit :

Environ 76 % des hachoirs utilisent des énergies renouvelables pour alimenter leurs activités, l’hydroélectricité étant la source d’énergie numéro un avec 62 %. L’énergie éolienne et l’énergie solaire, quant à elles, sont utilisées à 17 % et 15 %, respectivement.

À première vue, cela semble être une bonne nouvelle. La plupart des mineurs semblent être du côté des responsables et font leur part pour économiser l’énergie et aider la planète. Cependant, le chiffre de 76 % n’est pas entièrement représentatif de ceux qui s’engagent à utiliser des énergies renouvelables. Le rapport poursuit en affirmant

Le chiffre de 76 % fait référence à la proportion de hashers qui utilisent des énergies renouvelables à tout moment. On estime que seulement 39 % de la consommation totale d’énergie du haschisch provient des énergies renouvelables.

Nous voulons de l’énergie, mais elle n’est pas là

En d’autres termes, s’il y a certainement plusieurs mineurs qui cherchent à utiliser l’énergie renouvelable pour leurs opérations, la quantité d’énergie renouvelable disponible pour ces projets est limitée. Ainsi, peu importe que les mineurs soient conscients de l’environnement. Le fait est que l’énergie dont ils ont besoin ne leur est pas fournie.

L’un des grands problèmes vient de l’Asie du Sud-Est, où une grande partie des opérations minières actuelles de bitcoin et de crypto sont centrées. Ces opérations et d’autres encore dépendent encore beaucoup de sources de charbon bon marché, ce qui fait le travail, mais contribue en fin de compte à une empreinte carbone plus élevée.